Rien que Marguerite de Catherine Porte

Une petite fille se raconte. Son journal intime doux-amer, plein de poésie, de tendresse et d’humour, dresse le portrait d’un monde qui ressemble à sa prose (160 pages, 13 euros)

 

Extrait

Marguerite

Ce matin, ma maman a dit: « Marguerite, cet-après-midi, on ira chercher ton manteau bleu pour l’école. » J’ai peur. Les copines n’aiment pas l’uniforme. Moi, si. Ça empêche ma maman de m’acheter n’importe quoi. Quelquefois, je ne sais pas ce qui lui prend, elle voudrait me faire porter des choses incroyables, d’une couleur invraisemblable: une jupe vert pomme, un chemisier orange. Alors vive l’uniforme! Ça y est le malheur est arrivé. Nous sommes donc allées dans la boutique où nous achetons d’habitude tout ce qui concerne l’uniforme. En vitrine de nombreux mannequins portant des manteaux, c’est la saison évidemment. Je les vois tout de suite les deux manteaux: celui qui me plait et celui que je vais avoir.